Passeports: forcés de s’absenter du boulot | JDQ

2022-06-09 08:21:46 By : Ms. Cherry Lueng

Alors qu’Ottawa refuse de dire combien des 600 employés embauchés en renfort aux bureaux des passeports sont en poste, des enseignants, des éducatrices et des employés d’usine doivent s’absenter du travail pour aller faire le pied de grue.

• À lire aussi: De longues files à prévoir cet été à Montréal-Trudeau

« On a demandé congé », soupire Julie Audette, éducatrice en services de garde, rencontrée au bureau des passeports du Centre d’achat Fairview de Pointe-Claire, hier.

« Je perds 140 dollars aujourd’hui parce que je ne peux pas aller travailler. On est arrivées à 5 h 15 du matin. Il y avait déjà une cinquantaine de personnes », ajoute sa fille Coralie Vézina, 19 ans, répartitrice dans une usine.

« J’ai perdu un congé personnel à faire ça à la place d’en profiter avec ma petite fille », dénonce Tristan Naud, enseignant d’éducation physique.

Hier, lors du passage du Journal au bureau des passeports du Centre d’achat Fairview de Pointe-Claire, les gens avaient aligné leur chaise pour faire la file dans un vaste local poussiéreux adjacent de l’entrée du kiosque de passeports.

À 280 kilomètres de là, au bureau des passeports de Place de la Cité, à Québec, l’histoire se répétait.

Après un aller-retour Trois-Rivières–Québec pour rien mardi, Pascale Chamberland et son fils n’avaient pas voulu courir de risque. Hier, ils s’étaient postés avant l’aube, à 5 h 30 du matin, au bureau des passeports de Place de la Cité où il y avait déjà une quarantaine de personnes dans la file d’attente. 

Équipés de couvertures et de chaises de camping, ils ont attendu jusqu’à 14 h de l’après-midi. 

« C’est un peu le bordel sérieux », a déploré la mère de famille.

À la fin de la file, Amélie Lessard, enceinte, attendait debout. « Je m’attendais à ce qu’il y ait de l’attente, mais je ne pensais pas que ça débordait comme ça », a-t-elle confié.

« C’est démoralisant. Je voulais partir la semaine prochaine. C’est la troisième fois que je me présente ici », a ajouté Jérôme Brown, à deux pas de là. 

« C’est tellement une organisation de broche à foin. C’est incroyable ! » a fulminé Charles Côté, qui accompagnait sa fille. « De 8 h 15 à 14 h, elle a avancé de 50 pieds », a-t-il déploré. 

Ces derniers jours, Emploi et Développement social Canada (EDSC) a été incapable de dire au Journal combien des 600 nouveaux employés annoncés des bureaux des passeports étaient en poste.

Lundi dernier, le premier ministre Justin Trudeau avait évoqué près de 500 embauches.

« Je comprends qu’il y a des gens qui font face à des délais. On est en train de faire tout ce qu’on peut pour essayer d’accélérer les processus parce que, oui, les Canadiens veulent voyager, on veut accueillir des gens ici », a-t-il dit.

Pour y arriver, Service Canada veut recruter 600 employés de plus et en réaffecter jusqu’à 600 à la prestation des services de passeport.

Depuis le 1er avril dernier, 317 000 passeports ont été délivrés. Ottawa prévoit arriver à en remettre de 3,6 millions à 4,3 millions cette année.

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.