Le « coliving », formule logement tout compris pour des jeunes en transition

2022-06-09 08:08:02 By : Ms. sales suranus

Amélie de Montchalin accuse Jean-Luc Mélenchon de faire « du greenwashing écologique » ; Emmanuel Macron se rend dans le Tarn : suivez les législatives en direct

Pouvoir d’achat : le prochain budget sera politique

Le processus d’adhésion du Parti socialiste à la Nupes invalidé par la justice à quelques jours des législatives

Le PS davantage fracturé après la décision de justice remettant en cause son processus d’adhésion à la Nupes

A l’aube de l’été, la grande désertion des saisonniers du tourisme en Europe

Après une phase d’euphorie, le monde de la tech est à l’heure des économies

« De la gloire à la peine, la mésaventure de Cazoo est appelée à se reproduire dans le milieu des entreprises technologiques »

Electricité : « Les défenseurs du marché se contentent de solutions parcellaires dont ils ne maîtrisent pas les conséquences »

Comment le siège de Marioupol a entraîné de lourdes pertes civiles

« Le premier ministre est détesté » : Boris Johnson rudoyé par le parlement deux jours après le vote de confiance

Stade de France : comment l’organisation de la finale de la Ligue des champions a viré au chaos

Cinquante ans de la « petite fille au Napalm » : pourquoi cette photo mythique n’a pas arrêté la guerre du Vietnam

Santé : tout un système à revoir

« Les smart cities chinoises passent de l’utopie à la dystopie »

« Ce que joue Macron est sa trace dans l’histoire et celle-ci ne peut plus tourner exclusivement autour de sa personne »

Electricité : « Les défenseurs du marché se contentent de solutions parcellaires dont ils ne maîtrisent pas les conséquences »

Les salles de cinéma passées au crible du diagnostic énergétique, dans le cadre de la transition écologique du secteur

« 27, rue des Fontenelles », d’Hélène Millerand : le jardin de ma mère

« Innommable. L’affaire Dutroux », sur Arte : le fait divers tragique qui a ébranlé la Belgique

« 2666 » : Roberto Bolaño, la grâce inaltérée

« Les foyers pour enfants, c’est comme les éoliennes, tout le monde est pour, mais personne n’en veut près de chez soi »

En Bretagne, les corbeaux de la discorde

S’aimer comme on se quitte : « On va au cinéma, au restaurant, mais il refuse qu’on se tienne la main dans la rue »

Les oreillettes à la fleur d’oranger : la recette de Marie Sabot

Ces résidences ou maisons partagées ciblent des jeunes qui disposent d’un certain pouvoir d’achat, mais qui peinent à accéder à un logement dans le marché privé. Le concept, qui se développe en France, suscite l’appétit des investisseurs.

Par Léonor Lumineau(envoyée spéciale à Amiens)

Article réservé aux abonnés

Rue Dom-Grenier, à deux pas du centre-ville d’Amiens, de belles maisons bourgeoises aux façades en brique rouge s’alignent les unes après les autres. Au numéro un, Julien fait réchauffer une marmite de soupe, Kenza découpe des kiwis, Lisa met la table, Clémentine pianote sur son ordinateur, installée sur la grande table collective en bois. Au total, onze « colivers » se sont établis au sein de Mon cocon amiénois, ouvert en août 2021. « Chacun a sa chambre, et ils partagent de grands espaces communs », détaille Clémence Salgues, 37 ans, propriétaire avec son mari, Mathieu, de cette maison en « coliving ».

Dans cet ancien hôtel particulier, les « colivers » ont à disposition une salle de télévision avec écran géant, une salle de sport et un service de conciergerie. Le tout pour un montant allant de 400 euros à 680 euros par mois, selon la taille de la chambre – Wi-Fi, assurance, eau, électricité et abonnement Netflix compris. Une équation que l’on retrouve dans la plupart des « colivings ».

Importé des Etats-Unis, le concept se développe en France depuis cinq ans. « Il y a entre 50 et 100 opérations qui sont lancées actuellement dans l’Hexagone, beaucoup de résidences en cours de développement et un gros intérêt des investisseurs », assure Sébastien Lorrain, directeur résidentiel chez CBRE, un cabinet de conseil en immobilier. « La rentabilité est comprise entre 3,5 % et 4 % contre 2,5 % en moyenne pour du logement classique. »

En tête de cortège, les gros acteurs du marché – La Casa (19 résidences d’une douzaine de chambres), The Babel Community (3 résidences), Colonies (30 résidences) – se développent dans les grandes villes les plus dynamiques en matière de vie étudiante ou de bassin d’emploi. Les acteurs traditionnels (Bouygues Immobilier) et les spécialistes des résidences étudiantes privées (Kley) se positionnent également sur ce créneau très alléchant pour les promoteurs.

« Après un an et demi de Covid-19 et d’isolement, je voulais vivre avec des gens, mais sans les inconvénients de la colocation classique », explique Julien Tedeschi, 27 ans, entre deux emplois, assis à la table de la cuisine de Mon cocon amiénois. « Avoir le ménage compris dans les services fait qu’on n’a pas à batailler avec ça entre nous », abonde sa colocataire Clémentine Reinling, 27 ans, en troisième année de médecine. Kenza Mourji, 22 ans, en première année de médecine, originaire de Casablanca, ne connaissait personne à Amiens. « Ici, si quelque chose se passe mal avec l’un des “colivers”, on n’est pas seuls face au problème, on peut demander de l’aide aux gestionnaires. » Lisa Rodrigues, journaliste de 23 ans, apprécie pour sa part la flexibilité offerte par le préavis d’un mois de ces chambres meublées : « Je suis en CDD, donc il est difficile de me projeter sur un appartement à plus long terme pour l’instant. »

Il vous reste 47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.